Moon se dévoile sur Facebook

Le premier roman jeunesse de Christophe Carreras et Sandrine Rastrelli se dévoile jour après jour sur Facebook.

Likez la page et sauvez les boucs tués pour constituer chaque jour une nouvelle page bleue.

Pour Facebook, c'est par ici : www.facebook.com/christophecarreras.ecrivain

Le CSR fête ses 50 ans

Christophe Carreras s'est entretenu avec 50 personnes qui ont fait ou qui font la vie du centre. Un projet de longue haleine, sur plus de deux ans...

Visitez le site du Centre Social Rural

L'atelier d'écriture

Découvrez la nouvelle production de l'Atelier d'écriture du Centre Social Rural du Vexin-Thelle, un roman à 9 plumes du nom de son personnage central : Jeanne.

Soyez curieux, lisez-moi !

Commandez tous mes livres auprès de la Librairie l'Ange à Gisors, petite boutique passionnée de livres qui me soutient depuis mes débuts. Livraison assurée dans toute la France.

Moon et le Bouquin Affamé

Moon et le Bouquin Affamé - Couverture Aventurière dans l’âme, elle décida d’en savoir plus sur cette pièce mystérieuse. Elle pressa la poignée et l’huis s’ouvrit. Derrière la porte un autre couloir s’annonçait, dans la continuité de celui de la maison.
Elle entra et referma aussitôt la porte derrière elle. Le couloir était
parfaitement éclairé sans qu’il y ait de luminaire ou de fenêtres. C’était étrange. Le corridor était vide, il n’y avait aucune porte en dehors de celle qu’elle venait de pousser. Seuls, quelques tableaux d’aquarelle
habillaient les murs au papier peint jauni. Un léger vent soufflait mais impossible d’identifier sa provenance.
Moon était déçue de sa découverte. Rien de bien excitant dans cette aventure qu’elle imaginait périlleuse et pleine de surprises.
Un peu triste, elle ressortit du couloir, se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire jusqu’à l’heure du déjeuner. 

 

Ecrit par Christophe Carreras et illustré par Sandrine Rastrelli, ce premier roman jeunesse sera disponible entre vos mains durant le premier trimestre 2017.

 

SOUSCRIVEZ AU PROJET EN CLIQUANT ICI... TOUT EST EXPLIQUE !

 

 

Le web a peur is back !

Je suis Charlie

Le crayon est en deuil, faut-il se faire du sang d’encre face à cette barbarie ? Alors qu’habituellement, le crayon parle, glisse sur le papier ; aujourd’hui, le voilà qui crie, pointe la censure. Où est la liberté d’expression, la liberté d’écrire, la liberté de penser, la liberté de lire, la liberté d’écouter, la liberté de choisir, la liberté de dire ? La liberté de comprendre. La liberté de chacun s’arrêterait-elle là où commence celle d’autrui ?

N’ayez craintes, on recharge les plumes, les cartouches sont là, l’encre va couler sur le buvard. Même si quelques stylos toussent, repliés au fond des trousses, la révolte des mots par les maux est en marche. Des armées de CMJN et de RVB convergent vers une union colorimétrique. Dans le fond, rien n’est perdu. Aucune main en marge, pas besoin de cinq millimètres, ni de papier millimétré pour lire entre les lignes que le combat n’est pas perdu. Les lettres sont là, en l’honneur de l’être Charlie, mort pour ses idées. 

Même si, en ces journées noires, la presse fait grise mine, les courses en critérium vont perdurer, éternel allié de l’humain aux traits acérés. Non, la pointe des stylos n’est pas morte. Alléluia ! Allez, Charlie ! Inch’Allah ! A la pointe des crayons de bois, hebdos unijambistes, canards boiteux, guignols sans canaux, dessinateurs, humoristes, artistes, pointent du bout de leur crayon cet acte terroriste, cet acte criminel, cet acte sans nom.

Le crayon est en berne, tout comme le drapeau bleu, blanc, beur face à ce rouge immaculé, conception peu orthodoxe de la liberté d’expression. Passer tant d’années à croquer la vie, écouler tant de décennies à gommer les animosités, panser tant de siècles à mélanger les couleurs, pour que soudainement, en quelques jours, deux taille-couillons offrent la possibilité à l’humanité de chambouler les perspectives, brouiller les lignes d’horizon, laisser s’effondrer les contreforts de l’espoir. Punaise, que le monde est bancal. Sept janvier. Quatro de marso. September eleventh. Almanach indélicat. Nycthémères ! Le monde perd pied. New-York. Madrid. Paris. Nos jours seraient-ils comptés ?

Le monde est en pen. Pourtant, ce soir, sur mon azerty, j’ai envie d’écrire que je suis Charlie, que je suis musulman et français, que je suis chrétien et palestinien, que je suis juif et allemand, que je suis athée et croyant, géographiquement perdu sur une sphère qui s’enterre dans la haine. Alors que je ne suis simplement qu’un homme, locataire lambda de cette putain de planète Terre.

Le crayon est debout, tendu comme une branche, fier comme un tronc. Face à ce massacre, la tronçonneuse n’aura pas le dernier mot. Le papier se recycle, le crayon s’aiguise, les convictions sont intactes. Un incendie détruit les biens autant qu’une arme tue l’homme. Mais la pensée, elle, n’est jamais atteinte. Je pense, donc je suis… Charlie.

Le crayon est noir. Le feutre est rouge. La feuille est blanche. Tout se mélange. Papyrus. Tweets. Parchemin. Posts. Lettres. Mails. Non, vraiment, rien ne se perd, tout se transforme. Un crayon coupé en deux donne naissance à deux crayons aiguisés pour la satire, taillés pour l’humour, prêts pour la dénonciation. La pensée est une fleur libre et le coquelicot, le sang sauvage qui s’en échappe.

En ce début de millénaire, le crayon crie son désarroi ; l’écrivain écrit son horreur ; le dessinateur dessine son émoi ; l’illustrateur illustre sa terreur ; le caricaturiste caricature le monde aux abois.

En police d’imprimerie, s’écrit JE SUIS CHARLIE. En lettres capitales, se lit I AM CHARLIE ! SOY CHARLIE ! ICH BIN CHARLIE !  أنا تشارلي   En lettres minuscules, j’écris je suis un et des millions, je suis charlie.

Le crayon est là, représenté par le papier raisin en colère !

Apprenti Peintre

Cette année, aux côtés de ma chère et tendre, ainsi que de ma fille, je me suis posé devant une toile et j'ai tenté mes premiers essais de peinture...

En attendant de les voir, peut-être, un jour, pas sûr, exposées, voici l'une de mes deux toiles ci-contre... Soyez curieux...

2014 > Christophe [éditeur]

Une année s'achève sans création... Quelques textes de-ci, de-là, des ébauches, des débuts, des avortements... Deux projets en gestation, dont un en compagnie de Laë... Nous vous le dévoilerons peut-être l'année prochaine...

 

Toutefois, si je n'ai pas été créatif, au sens personnel et littéraire du terme, j'ai été un peu comme un éditeur pour quatre projets :

  • Octostrophes, dont je vous ai déjà parlé, le recueil des élèves de l'atelier d'écriture
  • Le voyage, projet personnel d'une des participantes à l'atelier
  • Serendipity, recueil des poèmes d'une amie pour ses trente ans
  • La décision, projet de roman pour lequel j'ai écrit la préface et dont la sortie officielle, destinée au commerce, se fera dans quelques temps.

Merci à toutes et à tous pour ces aventures partagées, pour vos imaginations débordantes, je m'y retrouve un peu, ça fait plaisir de partager sa passion des mots et son savoir technique autour de l'autoédition...

L'atelier d'écriture > An II

Le Centre Social Rural du Vexin-Thelle m'offre, pour la seconde année consécutive, carte blanche pour animer un atelier d'écriture.
Ouvert cette fois-ci aux enfants et ados, l'atelier ne sera proposé qu'aux adultes... La toute première séance n'est vieille que d'une semaine, je ne peux rien vous dire sur le successeur d'Octostrophes... Affaire à suivre...