La Décision / Yoli de Alba

 

L’écrit vain n’existe pas. L’écrivain, averti, use de son azerty pour offrir et partager avec le lecteur un moment unique. Un instant privé entre eux deux par l’intermédiaire du livre. Je suis devenu lecteur. Pas que je ne lisais pas jusqu’ici. Je suis devenu lecteur de Yoli de Alba, celle qui me lit depuis des années. Nous avons échangé nos rôles le temps d’un manuscrit.

J’ai eu la chance de lire « La décision » avant sa publication. J’ai eu le droit de dire ce qui l’en était de ce premier travail littéraire. Qualités, défauts, détails, emprise, tout y est passé. Tout a surgit pour que le livre que vous avez entre les mains soit le plus à même de vous toucher.

Parce qu’un livre, on le touche. Mais un livre, au fond, a pour but de nous toucher. Et celui-ci nous frôle, nous ape, nous blesse. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Dans « La décision », tout est vrai. Véridique dans le sens où les mots nous procurent des sensations, nous entraînent dans un monde qui pourrait être réel. On s’y retrouve.

Je m’y retrouve. Je me suis dit : « tiens, là c’est un peu moi ; j’ai déjà vécu cette situation. » Les personnages ne sont pas les mêmes, les conditions ne sont pas identiques. Mais, un jour, je me suis senti, maintenant que je l’ai lu, pris dans les griffes d’une histoire d’amour. Tourmenté et kidnappé par l’autre. Ne dit-on pas, la liberté de chacun s’arrête là où commence celle d’autrui ?

« La décision » parle d’un sujet sensible, intime, fragile, dérangeant, malsain, violent, instable, trouble, invisible… Normal, il parle d’amour. Le sentiment amoureux, n’est-ce pas une accumulation de petites choses qui en cachent une autre, bien plus grande et plus profonde. La surface des abysses se compose de désirs, de tendresses, de caresses, de jalousie, de peur, de honte, de conflits, de doutes, de pleurs, d’incertitudes ? La liste pourrait être encore longue avant de plonger dans les tréfonds de la relation amoureuse. Mais je l’arrêterai ici.

« La décision » est un livre, un roman, une autofiction, un biopique ou une autobiographie. Nul ne sait. Nul ne saura jamais. « La décision » raconte une histoire d’amour aérienne dans laquelle chacun se reconnaîtra un peu. « La décision » raconte les tourments d’un personnage/narrateur féminin auquel chacun pourra se raccrocher.

A la différence des romans à l’eau de rose, dont la finalité n’est que de nous divertir, Yoli de Alba nous offre un roman à réfléchir, une histoire à penser, un conte moderne à décrypter. Ici, nous n’avons pas un écrit vain. Nous assistons à la naissance d’un écrivain.